Aller au contenu

Aller au menu principal

Aller à la recherche

Accueil > Formations > Masters > Ingénierie des métiers de la culture (P) Imprimer Suivez-nous : Suivez nous sur Facebook Suivez nous sur Twitter Suivez nous sur Youtube Suivez nous sur Instagram Suivez nous sur Linkedin

Master Pro ingénierie des métiers de la culture

Objectifs de la formation

L’objectif de la spécialité de master est de préparer dans les domaines de la culture, en formation initiale comme en formation continue des administrateurs, des gestionnaires, des médiateurs de projets culturels. Les métiers exercés dans ces domaines ont beaucoup évolué depuis 2 décennies. On observe notamment l’utilisation de plus en plus fréquente de compétences techniques et professionnelles spécifiques. Cette évolution rend nécessaire une pluri-disciplinarité, alliant les connaissances juridiques, gestionnaires, sociologiques, historiques, éducatives, esthétiques.

L’objectif de la formation est d’une part d’organiser l’acquisition de ces savoirs, d’autre part d’assurer leur transformation en savoirs-faire par l’expérimentation et la confrontation au terrain. C’est pourquoi il est fait appel aux professionnels pour présenter leurs expériences, aux visites in situ, et qu’il est portée une attention très particulière au stage avec un double tutorat académique et professionnel.

MODALITÉS DE RECRUTEMENT | ORGANISATION DE LA FORMATION | |COMPÉTENCES ACQUISES | DÉBOUCHÉS

MODALITÉS DE RECRUTEMENT

L’accès au M2 mention Information, Communication, Culture - spécialité professionnelle Ingénierie des Métiers de la Culture est contingenté. Il est d’abord réservé aux titulaires de la 1ère année master ingénierie des métiers de la culture. Toutefois, pour 10 % des effectifs, il est ouvert à tout titulaire d’un M1 ou équivalent. Dans ce cas, l’admission est prononcée par une commission composée de deux enseignants et d’un professionnel statuant sur la base d’un dossier et d’un entretien individuel. Le jury veillera là aussi à préserver une ouverture internationale.

En formation continue, la commission de recrutement tient compte du passé académique et des acquis professionnels des candidats (VAE). Pour ces stagiaires, la formation est organisée sous forme de modules capitalisables et les candidats admis se voient proposer un parcours personnalisé de formation.

Aucune admission n’est acquise de plein droit

ORGANISATION DE LA FORMATION


Site de localisation de la formation : Dijon

1ère année de Master Ingénierie des métiers de la culture

SEMESTRE 1

- UE 1 Langues et techniques de communication
- UE 2 Fondamentaux
- UE 3 Gestion et administration
- UE 4 Théories et outils
- UE 5 Analyse et outils propres au domaine culturel

SEMESTRE 2

- UE 6 Outils de management
- UE 7 Théorie et pratiques du champ
- UE 8 Outils spécifiques au champ
- UE 9 Option spectacle vivant ou option muséologie patrimoine
- UE 10 Pratiques professionnelles

2ème année de Master Ingénierie des métiers de la culture parcours Spectacle vivant et muséologie/patrimoine

La 2ème année du master ALL mention Information, Communication, Culture - spécialité professionnelle ingénierie des métiers de la culture comporte un tronc commun aux deux spécialités "culture" et "éducation-formation", et avec des unités d’enseignement spécifiques à chacune des deux voies.. Ainsi défini, la spécialité du M2 correspond à 60 Crédits ECTS. Les étudiants ont la possibilité d’effectuer un ou deux semestres dans une autre université européenne disposant d’un cursus correspondant. Toutefois, s’ils décident d’effectuer leur année complète à l’extérieur, ils sont tenus de rédiger un mémoire similaire à celui réalisé par les étudiants restés en France.
SEMESTRE 3
- UE 1 Méthodes et outils généraux
- UE 2 Théorie et pratique du secteur professionnel
- UE 3 Outils spécifiques : module d’approfondissement
- UE 4 Connaissance du secteur spectacle vivant OU connaissance du secteur muséologique et patrimonial
- UE 5 Recherche

SEMESTRE 4
- UE 6 Méthodes et outils généraux
- UE 7 Théories et pratiques du spectacle vivant OU théories et pratiques du secteur muséo/patrimoine
- UE 8 Outils spécifiques au domaine 1 : déclinaisons thématiques du spectacle vivant OU modules d’approfondissement muséologie et patrimoine
- UE 9 Travaux dans l’option
- UE 10 Pratiques professionnelles

COMPÉTENCES ACQUISES

Les principales compétences délivrées sont :
- analyser la faisabilité d’un projet culturel
- rédiger un projet
- définir les phases d’un projet, le calendrier de mise en œuvre d’un projet, définir les moyens de mise en œuvre d’un projet
- concevoir un cahier des charges
- coordonner la conduite d’un projet
- exécuter un cahier des charges
- établir un bilan d’activité, une convention, des contrats
- animer une équipe de travail
- gérer les relations avec les artistes
- élaborer un système de tarification
- organiser une billetterie
- constituer un fichier
- argumenter un projet de diffusion
- organiser, gérer une tournée
- concevoir un projet de lieu culturel
- identifier la mission d’une structure par son budget
- évaluer un budget
- élaborer le budget détaillé d’un projet culturel, d’une structure
- trouver des financements et établir des dossiers de financement
- contrôler l’évolution des dépenses, tenir une comptabilité, établir un plan d’amortissement, un bilan financier et un compte de résultat
- établir une déclaration de droits d’auteur
- définir les supports de communication et concevoir un plan de communication
- faire une synthèse de documents
- appliquer les techniques d’inventaire du patrimoine
- concevoir un questionnaire d’enquête pour le public et conduire des entretiens d’enquête
- aménagement du territoire
- anthropologie
- fonctionnement des collectivités locales
- droit des biens culturels
- économie de la culture
- histoire de l’action culturelle en France
- histoire de l’organisation de la vie culturelle en Europe
- anglais
- définir les objectifs culturels d’une structure
- définir les bases artistiques d’une programmation
- traduire une politique en projet opérationnel
- définir les bases artistiques d’un projet
- argumenter un projet artistique
- définir les objectifs culturels d’un projet
- caractériser un public
- connaître la sociologie des publics
- concevoir la programmation d’un festival ou d’un évènement, d’une structure, d’un jeune public
- concevoir une exposition, un parcours de visite, un dispositif interactif pour exposition, un dispositif d’aide à l’interprétation
- concevoir un projet de catalogue, un cycle de conférences, un programme d’animation, un atelier, un dispositif d’évaluation
- mettre en œuvre un dispositif d’évaluation
- évaluer un dispositif d’aide à l’interprétation.

DÉBOUCHÉS

Troisième et dernière année du cursus IUP Ingénierie des Métiers de la Culture, cette spécialité du M2 débouche sur l’intégration dans la vie professionnelle.

Comme nous l’avons indiqué précédemment, le champ des métiers visés par la formation a profondément évolué aux cours des deux dernières décennies. Les emplois voient leur contenu se modifier alors que leur nombre est en substantielle augmentation du fait des phénomènes de décentralisation et de déconcentration : développement des directions régionales des affaires culturelles, rôle nouveau des collectivités territoriales - conseils régionaux, généraux, municipalités des grandes villes, développement des formes d’intercommunalité. L’IUP vise à former des personnes capables de remplir ces emplois en assumant des missions d’administration, de gestion ou de médiation. Cela par la formation initiale ou par la formation continue.

Les postes visés sont :
- chef de projet ou adjoint à chef de projet
- coordinateur de projet
- chargé des relations avec le public
- administrateur de compagnie
- responsable de service culturel dans une collectivité locale ou dans une structure culturelle
- responsable de service éducatif
- chargé de mission
- assistant de production
- médiateur culturel
- attaché de presse
- consultant
- chargé de production
- chargé de diffusion
- attaché culturel
- …

Pour davantage d’informations et pour connaître les modalités de recrutement, veuillez accéder au site de l’Institut Denis Diderot

Haut de page